Problèmes avec la nourriture

Vous avez nerveusement faim ?

Alors vous savez ce que c’est que de céder à la tentation de manger comme un fou et de ne pas pouvoir s’arrêter de manger…

C’est comme si quelque chose d’imparable vous poussait vers le réfrigérateur…

Et vous ne pouvez pas vous empêcher d’avaler tout ce qui se présente à nous.

Ou à table, après le déjeuner ou le dîner, tout le monde a fini de manger mais on ne peut pas s’empêcher de couper une autre tranche de fromage…

Vous savez quelque chose ? La faim c’est nerveux.

Seuls ceux qui y sont allés, ceux qui ont vécu au moins une fois une frénésie incontrôlée peuvent comprendre ce que l’on ressent par la suite : chaque bouchée est un remords !

Au sentiment de culpabilité, nous ajoutons la frustration et le désenchantement envers nous-mêmes, jusqu’à ce que nous nous retrouvions au point où une nouvelle cuite semble être la seule solution pour faire taire les émotions négatives qui se chevauchent.

C’est ainsi qu’un cercle vicieux se déclenche, avec des répercussions négatives non seulement sur la ligne, mais aussi sur la santé physique, mentale et émotionnelle : ce que les spécialistes du comportement alimentaire définissent comme EMOTIONAL EATING ou plus communément appelé “faim nerveuse”.

Ce trouble, qui est également en constante augmentation, est défini par les experts comme “la situation vécue par les sujets qui mélangent les émotions avec la consommation de nourriture et utilisent la nourriture pour faire face aux émotions qu’ils rencontrent chaque jour”.

Les mangeurs émotionnels cherchent un refuge dans la nourriture pour trouver soutien et réconfort lorsqu’ils se trouvent dans des situations de fragilité émotionnelle, peut-être parce qu’ils sont tristes, stressés ou simplement en colère et ennuyés.

Malheureusement, les aliments dits “consolants”, très souvent ne sont pas du tout sains, au contraire, ce sont toujours les plus riches en sucre et en graisse, les plus grands ennemis de la ligne et de la santé.

L’explication de ce trouble semble remonter aux premiers stades de la vie, lorsque la mère propose de nourrir le bébé qui pleure, même si la faim n’est pas la véritable raison des pleurs.

Ce faisant, inconsciemment, une confusion est créée chez l’enfant entre l’état de faim et la demande d’affection.

Comment arrêter de trop manger ? La faim nerveuse

Comment sortir du cercle vicieux ?

Très souvent, la solution réside dans la capacité à comprendre les humeurs qui vous poussent à consommer de la nourriture comme exutoire émotionnel.

Mais comment prendre conscience des émotions qui nous poussent vers les excès de la nourriture ?

Je sais que ce n’est pas facile, c’est pourquoi je veux vous apporter une aide concrète pour reconnaître les états émotionnels qui vous amènent le plus souvent à manger de manière excessive et obsessionnelle.

Essayez de reconnaître la situation dans laquelle vous vous trouvez le plus souvent :

la faim nerveuse

#1. Des aliments pour apaiser l’anxiété

L’anxiété, l’agitation et la nervosité sont très souvent les états d’âme qui conduisent le plus souvent à des crises de faim incontrôlées.

Comment reconnaître la faim anxieuse ?

L’état d’anxiété incite inconsciemment à consommer des types particuliers d’aliments qui soulagent la tension.

Le désir d’apaiser cette émotion par la nourriture est particulièrement ressenti lorsque la tension commence à s’atténuer, comme lorsque vous rentrez chez vous après le travail ou pendant le week-end.

Dans ces circonstances, les aliments qui “fondent” tels que les chocolats, les bonbons, les menthes, ou les boissons telles que les boissons gazeuses, le cappuccino, l’alcool, ou même les desserts crémeux tels que la crème glacée, les puddings, les gâteaux à la crème.

À la base de la recherche de ces aliments, il y a certainement la sensation de plaisir procurée par les sucres, mais il y a aussi d’autres aspects liés au monde intérieur.

Consommer des aliments qui “fondent”, c’est comme essayer inconsciemment de faire en sorte que nos tensions intérieures, nos malaises intérieurs, se fluidifient et s’estompent.

Notre premier “sédatif” naturel était le lait maternel : une boisson chaude et sucrée.

Lorsque, à l’âge adulte, nous nous trouvons dans un état de tension émotionnelle, nous essayons de la calmer avec des aliments et des boissons qui nous rappellent l’acte de succion, et donc le sentiment de satisfaction que nous avons éprouvé lorsque nous étions allaités.

Que faire ?

Lorsque vous réalisez que l’émotion qui se cache derrière votre envie effrénée de manger est l’anxiété, vous devez recourir à des techniques qui atténuent la tension physique et émotionnelle.

Avant d’ouvrir le réfrigérateur, essayez une bonne tisane chaude ou un bain chaud.

Les techniques de relaxation par le contrôle de la respiration et la méditation sont très utiles dans ce cas.

Réfugiez-vous dans un endroit calme et tranquille, mettez-vous dans une position confortable et fermez les yeux.

Commencez à respirer lentement, en essayant de porter toute votre attention sur l’inspiration et l’expiration.

Si vous avez du mal à vous détendre, aidez-vous en écoutant de la musique apaisante.

la faim nerveuse

#2. La nourriture qui comble le sentiment de vide

La tristesse, la mélancolie, la déception vous causent-elles un lourd sentiment de vide intérieur ?

Dans ces cas, la consommation émotionnelle de la nourriture devient un véritable “bouche-trou”.

Comment reconnaître la faim à partir d’un sentiment de vide ?

Peut-être que le vide que vous ressentez à l’intérieur est dû à un manque d’affection ?

Un amour qui a échoué ou s’est terminé, des enfants qui quittent le foyer ?

En général, le sentiment de vide intérieur est dû à tout ce que nous perdons dans la vie (un être cher, un travail que nous aimions, même de simples habitudes).

Le sentiment de vide est donc associé à un sentiment de solitude, d’abandon, de nostalgie, de regret et de mélancolie.

Ou bien votre sentiment de vide est-il dû à une déception ?

Vous attendez-vous à une reconnaissance, une appréciation ou des remerciements qui ne viennent pas ?

La nourriture, dans ce cas, est généralement utilisée pour combler un vide créé intérieurement et, en cas de déception, pour remplacer cette “récompense” qui n’est pas une auto-gratification.

Habituellement, dans ces cas-là, vous pouvez manger plus de tout, même au détriment du goût, comme une pizza, du chocolat et même les pâtes de la veille, froides et chaudes… de la série “I’m a dustbin” 🙂

Ou bien votre sentiment de vide intérieur est dû à un simple ennui.

Vous ne savez pas quoi faire, que faire et la nourriture devient souvent la solution la plus pratique, la plus facile et la plus immédiate.

Que faire ?

Si vous reconnaissez que vous utilisez la nourriture pour remplir un sentiment de vide que vous ressentez à l’intérieur, ce que vous devez faire, c’est apprendre à percevoir le “sentiment de vide” d’un point de vue différent.

Changez de perspective, voyez votre vide intérieur non pas comme quelque chose à remplir immédiatement et confortablement avec de la nourriture, mais comme une invitation à “faire de la place pour le nouveau”.

Le vide que vous ressentez peut être la condition idéale pour que quelque chose de nouveau et d’inattendu entre dans votre vie.

Le remplir de nourriture vous fera manquer cette occasion.

la faim nerveuse

#3. De la nourriture pour évacuer votre colère

La colère est l’émotion qui conduit le plus souvent à une alimentation incontrôlée. Surtout lorsque la colère est “avalée”, c’est-à-dire retenue et réprimée plutôt qu’évacuée.

La rétention de la colère tendra, tôt ou tard, à trouver des “voies de sortie”.

L’un des débouchés privilégiés est précisément l’ingestion d’aliments, pour sa capacité à “adoucir l’amertume en bouche”.

Comment reconnaître la faim due à la colère ?

Pendant une crise de faim, avez-vous tendance à consommer de la nourriture pour “mordre”, mâcher vigoureusement, croquer et mordre ?

Dans ce cas, vous avez refoulé la colère en vous.

L’action énergique des dents et des mâchoires satisfait en effet le besoin de se libérer des impulsions retenues et réprimées, qui sont ensuite déchargées sur des aliments solides, durs et croquants.

De cette façon, la colère s’estompe, mais seulement momentanément. Ce n’est qu’un accès de consolation et la colère que vous abritez en vous y restera, et elle se transformera en ressentiment.

C’est la pire façon de se défouler parce que l’agression est dirigée contre soi-même, elle devient auto-punitive, parce qu’elle finit par ne causer des dommages qu’à soi-même.

Une autre caractéristique de la faim émotionnelle due à la colère est de consommer la nourriture à la hâte, non pas en la goûtant, mais en l’avalant, en l’avalant comme la colère qui couve à l’intérieur.

Que faire ?

Si vous êtes un mangeur “en colère”, la première chose que vous pouvez faire est de trouver un moyen d’évacuer votre colère, bien sûr sans attaquer personne et en déversant toute votre colère sur des personnes qui n’ont peut-être rien à voir avec elle.

Frappez un oreiller ou claquez vigoureusement deux bouteilles en plastique vides entre elles jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux.

Une autre chose que vous pouvez faire est de concentrer toute votre attention sur la nourriture que vous mangez, au lieu de la mordre furieusement, de l’observer attentivement, de la goûter lentement, de la savourer dans toutes ses nuances.

 

admin1962

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code