Histoire de la chirurgie esthétique

[et_pb_section fb_built=”1″ admin_label=”section” _builder_version=”3.22″][et_pb_row admin_label=”row” _builder_version=”3.25″ background_size=”initial” background_position=”top_left” background_repeat=”repeat”][et_pb_column type=”4_4″ _builder_version=”3.25″ custom_padding=”|||” custom_padding__hover=”|||”][et_pb_text admin_label=”Text” _builder_version=”4.4.4″ background_size=”initial” background_position=”top_left” background_repeat=”repeat” hover_enabled=”0″]

L’histoire et le développement de la médecine et de la chirurgie au fil des siècles, de l’Égypte ancienne à nos jours.

L’histoire de la chirurgie se perd dans la nuit des temps, et déjà dans la préhistoire commencent les traces qui indiquent l’existence d’une chirurgie rudimentaire.
A l’époque égyptienne, la chirurgie était avant tout la chirurgie osseuse, et pour des raisons religieuses ils se consacraient à l’embaumement (pharaons), mais pas pour des raisons scientifiques.

Chirurgiens assyro-babyloniens soignés avec les premières formes de chirurgie, plaies et fractures. Rappelons qu’il y avait même des règles très strictes pour les chirurgiens, à tel point que le code de Hammurabi prévoyait l’amputation des membres et des phalanges avec les chirurgiens qui échouaient l’opération.
L’étymologie du mot chirurgie vient de cheirourghìa, qui signifie “travail manuel ou travail manuel”, de cheir, main et ergon, travail.

chirurgie hippocrate Pour les hippocrates (480-390 av. J.-C.), la chirurgie est une activité thérapeutique réalisée avec les mains et à l’aide d’outils pour réduire les fractures, les dislocations, guérir les plaies, amputer les membres, cautériser, bander. Avec Hippocrate, la chirurgie se forme et acquiert ses procédures intrinsèques et se combine avec la diététique et la gymnastique dans l’art du traitement.

La naissance de la chirurgie dans la Grèce antique

Dans la Grèce antique, des opérations telles que le forage du crâne et d’autres techniques chirurgicales rudimentaires ont été pratiquées depuis l’antiquité, et à partir de la chirurgie, la science de l’anatomie s’est développée, grâce aussi à l’apport incontesté de la rationalité grecque.
En d’autres termes, on peut dire que la théorie pourrait sortir de la pratique.

Celsus (Ier siècle après J.-C.) fut le premier médecin de la Rome antique à pouvoir opérer des cataractes et des calculs vésicaux, auteur, entre autres, du traité De medicina medico, importa la technique chirurgicale de Grèce, et est aussi connu comme encyclopédiste, popularisateur et généralement un grand admirateur de la chirurgie à Rome.

Les origines de la chirurgie dans la Rome antique

Parmi les pères fondateurs de la médecine et de la chirurgie actuelles au IIe siècle après J.-C., Sorano, dont l’obstétrique est née et s’est développée, et Galeno, l’un des plus importants médecins romains, a appelé la chirurgie la troisième voie de la médecine, après la diététique et les médicaments.
En fait, Galen espérait l’union et la fusion des deux figures médicales distinctes, la figure du médecin et celle du chirurgien.
Parmi les outils du métier de chirurgien, on se souvient à cette époque des pinces, ciseaux, sondes, spatules, aiguilles, scies, forets, avertissements, couteaux et ciseaux.

Le Moyen Age et la chirurgie

L’histoire de la chirurgie est un processus continu de contrastes et de réconciliations avec la médecine théorique et doctrinale, c’est-à-dire une comparaison entre la pratique chirurgicale et l’enseignement théorique et doctrinal.

Au Moyen Age, le développement de la chirurgie s’est arrêté : d’abord la chirurgie tend à être exercée exclusivement par les moines dans les couvents, mais plus tard l’Eglise a opposé son veto à l’exercice de la chirurgie par le clergé.
A cette époque, l’opération était pratiquée par des juifs et des laïcs riches d’expérience, des carriers, des tanneurs, mais aussi des guérisseurs et des charlatans ayant peu de connaissances scientifiques.

Pour rappeler les “norcini”, c’est-à-dire les bouchers de porc, originaires de Norcia, Ombrie, qui ont essayé, souvent avec succès, en chirurgie.
Entre-temps, ce sont les médecins arabes qui ont contribué au développement de la chirurgie : parmi les médecins arabes particulièrement importants dans l’histoire de la chirurgie, on se souvient d’Albucasis (936-1013) qui a écrit La Compilation, qui est une encyclopédie médicale en 30 volumes, dont le dernier est intitulé La chirurgie.

Dans le féodalisme, les vetos de l’Église demeurent et la médecine dans les universités est tout théorique et doctrinale.
Les chirurgiens-chirurgiens cérusicologues assurent des services chirurgicaux dans les hôpitaux, et presque tous sont des experts en pratique, mais ils sont très ignorants de l’anatomie et de la pharmacologie.
A cette époque, Henri de Mondeville (1260-1320), en contraste flagrant avec les interdictions et vetos imposés par l’Eglise dans le domaine médical et chirurgical, lutta pour la réunification de la médecine (entendue comme connaissance) avec la chirurgie (entendue comme pratique ou acte chirurgical).
Avec la naissance des premières universités italiennes, parmi lesquelles on se souvient de Bologne, Padoue, Ferrare, Pavie, Rome et Naples, l’anatomie moderne s’est beaucoup développée, basée sur la dissection du corps, permettant une avancée révolutionnaire dans l’étude de l’anatomie humaine.
Ambroise Parè est l’un des plus grands chirurgiens du XVIe siècle.
Il a commencé sa carrière de coiffeur jusqu’à ce qu’il devienne le médecin personnel des rois et des empereurs, bien qu’il ait toujours été exclu du monde universitaire.

La chirurgie aux 19e et 20e siècles

On peut dire que le XIXe siècle est le siècle de la chirurgie.
Nous nous souvenons de quelques noms illustres de la médecine de l’époque :
Bernard pour la médecine expérimentale, Virchow pour la pathologie cellulaire.

Nous assistons également à deux avancées notables dans deux domaines spécifiques de la médecine :
anesthésie et désinfection.
En fait, en 1800, la chirurgie a rencontré deux obstacles insurmontables, l’infection et la douleur.
Le concept de désinfection et d’antisepsie vient avec Semmelweis, Pasteur et Lister, dans la lutte contre les germes et les infections chirurgicales.

Mais surtout le développement de la chimie qui contribue au développement des désinfectants et des analgésiques.
Par exemple, la térébenthine, le chlorure de chaux et l’acide phénolique sont devenus des désinfectants courants.

Au siècle des guerres, la chirurgie militaire est devenue le protagoniste et par conséquent une nouvelle conception de l’organisation de la santé, étant donné le nombre élevé de blessés que les guerres ont causé.

En 1895, Roentgen a découvert les rayons X, et le développement ultérieur de cette branche appelée radiologie.
Parmi les grands noms des chirurgiens italiens du XXe siècle, on retrouve Carle, Nicolich pour la chirurgie urologique et Codivilla pour l’orthopédie.
La chirurgie se spécialise et les premières opérations pulmonaires, cardiaques et cérébrales sont effectuées et la même anesthésie se spécialise et devient la réanimation.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les premières transplantations d’organes ont commencé et, grâce aux nouvelles découvertes technologiques, les concepts d’endoscopie chirurgicale, de chirurgie mini-invasive, de chirurgie d’un jour (avec une courte journée d’hospitalisation) et de radiologie sont apparus sur la scène opératoire.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

admin1962

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code