Se refaire la poitrine

Le rajeunissement mammaire n’est pas une opération simple, donc décider de se mettre sous le couteau pour une telle opération implique des choix précis et une période intense de préparation psychologique pour l’intervention en plus de tout traitement.

Au fil des ans, ce type d’intervention est de plus en plus demandé par les femmes, bien qu’il existe plusieurs risques, comme l’éclatement des prothèses et leur rejet éventuel.

La mastoplastie additive est une opération qui permet aux femmes d’augmenter le volume du sein et ne doit pas être prise sous la jambe.

Avant de subir une telle opération, il est nécessaire de suivre un chemin psychologique qui soutient le déroulement de l’opération et soutient la femme dans les étapes suivantes, c’est-à-dire quand elle se trouve avec un corps complètement différent du précédent.

Cette opération a des coûts importants qui varient en fonction de certains critères et caractéristiques que nous verrons mieux ci-dessous.

Mais qu’est-ce que la reconstruction mammaire ? Approfondissons ce sujet plus en profondeur.
La mastoplastie additive : de quoi s’agit-il ?

La mastoplastie additive est l’intervention chirurgicale qui permet d’augmenter la taille et le volume du sein.

Lorsqu’ils sont bien réalisés, les résultats sont absolument naturels et les innovations technologiques permettent d’excellents résultats en termes de consistance, de forme et de durée de la prothèse elle-même.

En effet, de nombreuses femmes ne se sentent pas à l’aise avec des seins trop petits, hypotrophes ou vides de lait.

Il sera donc nécessaire d’intervenir également en tenant compte des aspects psychologiques qui suivent le changement du corps.

Aujourd’hui, l’allaitement maternel est une opération assez éprouvée et sûre, exigée par des milliers de femmes qui y ont recours dans 50% des cas, à l’âge de 19 à 34 ans.

Les raisons sont diverses : celles qui pensent avoir un sein trop petit, celles qui, après une période d’allaitement, veulent lui redonner de la vigueur, celles qui ont traversé une période de stress qui a causé une forte perte de poids et veulent redonner du volume au sein détendu et celles qui, malheureusement, ont été affectées par un néoplasme qui a nécessité le retrait du sein.

La première étape consiste à consulter un spécialiste qui expliquera au patient la procédure chirurgicale complète à effectuer en lui fournissant toutes les informations nécessaires et les coûts qui pourraient être encourus.

Évidemment, le médecin vérifiera ici l’état de santé général du patient et effectuera toutes les analyses sanguines nécessaires pour établir l’absence de problèmes de santé qui pourraient nuire au succès de l’opération, ainsi qu’un électrocardiogramme (ECG).

Les prothèses ergonomiques sont sur le marché depuis quelques années et nous pouvons affirmer avec une certaine certitude qu’elles ont tenu les promesses du fabricant.

Ce sont des prothèses absolument innovantes pour mastoplastie avec des additifs esthétiques.
Ils sont constitués d’une coque extérieure très souple, véritablement impalpable, caractérisée par la nano-texture : leur douceur particulière leur permet d’être implantés rétrogandulairement même chez des personnes minces ; la nano-texture garantit un excellent effet anti-encapsulant, même sans provoquer les effets irritants caractéristiques des texturisations les plus agressives.
Le composant interne est constitué d’un gel cohésif dynamique, capable de changer de forme en fonction de la position du patient : lorsque le patient est couché, il aura une forme ronde légèrement aplatie, lorsque le patient est debout, il prendra la forme d’une goutte de prothèse anatomique. Essentiellement, leur comportement est très similaire à celui des vrais pis, qui s’aplatissent en position horizontale et se projettent vers l’avant en position verticale, sans jamais prendre la forme de boule des prothèses rondes et sans la nature statique des prothèses anatomiques.
L’accès axillaire garantit une poitrine totalement sans cicatrice, l’utilisation de l’endoscopie permet de préparer une poche périprothétique avec une précision absolue et de traiter l’hémostase avec le plus grand soin, le dissecteur ultrasonique permet d’emballer la poche de façon atraumatique et de travailler dans un champ pratiquement sans sang.
Ce type d’opération d’augmentation mammaire réduit pratiquement de moitié le temps de convalescence et de cicatrisation, rendant l’opération presque indolore.

Les incisions cutanées à travers lesquelles les prothèses peuvent être insérées sont variées. Depuis plus de vingt ans, le Dr Riccardo Marsili a adopté (à la satisfaction des patients et des siens) la voie axillaire, consistant en l’incision cutanée pratiquée dans la cavité axillaire, près d’une ride, pour faciliter sa dissimulation. De là, le décollement se poursuit derrière la glande mammaire en cas d’implantation de prothèses rétrogandulaires, ou derrière le grand muscle pectoral en cas d’implantation de prothèses inverses. Les deux solutions ont un faible niveau de traumatisme de la glande mammaire et les cicatrices dans la cavité axillaire seront parfaitement dissimulées, surtout en cas de bonne cicatrisation. En plus d’une vision idéale du champ opératoire, la vidéoendoscopie permet également un grossissement considérable du champ, ce qui favorise une exécution extrêmement précise et un résultat extraordinaire.

admin1962

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code