L'”effet grand-mère” explique la longévité humaine

…. Dans cet article, un récit spécial, très spécial même qui tient à cœur à l’un de nos rédacteurs. Il vous livre une histoire, assez particulière, qu’il a essayé de vous partager selon la manière dont il a pris les notes dans l’élaboration de ce dossier article. Trêve de bavardage, bonne lecture ! …..

Peu de temps après la naissance de notre premier enfant, ma femme et moi avons contacté ma mère pour voir si elle pouvait venir et rester avec nous pendant un certain temps , où je suivais une formation de cardiologue. Nous avons été ravis qu’elle accepte. Mais lorsqu’elle est arrivée au comptoir de l’aéroport pour récupérer sa carte d’embarquement, elle a appris que son visa en cours de validité avait été annulé sans aucune raison.
Le fait qu’elle ne puisse pas venir voir son unique petite-fille (et aider ses parents) a été dévastateur pour nous tous. La présence des grands-mères va bien au-delà des implications sentimentales : Elles peuvent être responsables du succès de l’espèce humaine.

Tout d’abord, un peu de contexte :

Les biologistes évolutionnistes ont longtemps été frappés par deux caractéristiques uniques de l’homme. La première est que nous jouissons de l’une des plus longues durées de vie du règne animal. Au cours des 200 dernières années seulement, la durée de vie a augmenté de façon sans précédent, non seulement dans les pays les plus riches mais aussi dans les plus pauvres. Nous nous sommes tellement éloignés de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs que leur durée de vie ressemble davantage à celle des singes et des chimpanzés qu’à celle des êtres humains modernes.

Cette caractéristique est couplée à une autre.

Pour un biologiste, un organisme qui ne peut pas se reproduire a peu de valeur en termes d’évolution, ce qui est une curiosité absolue. C’est pourquoi les scientifiques ont été intrigués par la longue vie post ménopausique des femelles humaines. D’un point de vue purement évolutif, les grands-mères peuvent être considérées comme un échec de l’aptitude à la reproduction : À quoi sert un organisme qui ne peut pas se reproduire et qui ne peut pas contribuer à perpétuer l’espèce ?
Pourtant, comme le confirment des études récemment publiées, les grands-mères peuvent non seulement contribuer à perpétuer l’espèce, mais aussi être l’une des raisons pour lesquelles les humains jouissent d’une longue vie au départ.
On pensait autrefois que les femelles humaines étaient les seuls mammifères ayant une longue phase post-procréation. Depuis, les scientifiques ont identifié d’autres mammifères, comme les orques, qui ont une longue vie post-procréative. Il s’avère que ces deux caractéristiques, la longue durée de vie des humains et la longue vie post reproductive des femmes, pourraient être liées par “l’effet grand-mère”.
Les biologistes de l’évolution ont montré que les femmes qui étaient autrefois considérées comme une aberration de l’évolution pourraient être la clé de la longévité humaine. En aidant à élever leurs petits-enfants, les grands-mères des sociétés de chasseurs-cueilleurs (et même plus modernes) ont permis à leurs filles d’avoir plus de bébés. Des simulations mathématiques ont démontré que l’effet grand-mère, postulé pour la première fois en 1966, est une raison importante pour laquelle la durée de vie humaine est passée d’un modèle apocalyptique à notre modèle actuel, tant dans les sociétés modernes que dans les sociétés plus primitives.
En déchargeant une mère de certaines de ses responsabilités en matière d’éducation des enfants, comme on le pense, les grands-mères permettent à leurs filles d’avoir plus facilement plus d’enfants et permettent également à ces enfants d’avoir une vie plus longue en les aidants pendant les premières années difficiles de la vie.

Deux nouvelles études, toutes deux publiées, renforcent cette notion.

Une analyse des registres des naissances et des décès de l’église pour les personnes nées entre 1731 et 1890 a montré que le fait d’avoir une grand-mère maternelle âgée de 50 à 75 ans alors qu’un petit-enfant avait 5 ans ou moins augmentait la survie de l’enfant. L’effet disparaissait pour les grands-mères de plus de 75 ans, peut-être parce qu’elles n’étaient pas en mesure d’aider à l’éducation des enfants. L’effet sur la longévité a été observé surtout chez les grands-mères maternelles et non chez les grands-mères paternelles.
La deuxième étude approfondit cet effet, en montrant que ce n’est pas seulement l’existence d’une grand-mère, mais sa proximité qui compte. Plus la distance entre la grand-mère et le petit-enfant est courte, plus la grand-mère ne peut s’impliquer et plus sa fille et ses petits-enfants en tirent profit.
Ces nouvelles études renforcent les arguments déjà avancés en faveur des grands-mères, indiquant à quel point elles pourraient être importantes pour le succès de notre espèce.
D’une certaine manière, cependant, nous sommes à la croisée des chemins. Pendant des siècles, les grands-mères ont aidé leur cellule familiale à se développer. Pourtant, il y a aujourd’hui plus de familles qui vivent seules, sans grands-parents, qu’à aucun autre moment dans le passé. Au cours du XXe siècle, la famille nucléaire s’est transformée, certains des plus grands changements provenant de la dispersion géographique. Au début du XXe siècle, seulement 7 % des femmes âgées vivaient seules. Ce chiffre a atteint un maximum de 38 % dans les années 1990 et se situe aujourd’hui à environ 32 %. Si cette dispersion se poursuit, nous pourrions effectivement inverser le rôle évolutif que les grands-mères ont joué et nous pourrions perdre les avantages que nous avons obtenus de cet effet.
Ce qui doit changer, c’est non seulement une meilleure compréhension du rôle que les grands-mères peuvent jouer, mais aussi un effort accru pour revenir à des unités familiales multigénérationnelles. Un tel mouvement aiderait à la fois les mères et les grands-mères, en particulier lorsque ces dernières vieillissent et ont besoin de soins pour elles-mêmes.

Les familles modernes ne devraient pas se tourner uniquement vers les grands-mères.

Les grands-pères doivent également faire partie de l’équation. Tout comme les pères ont assumé un rôle croissant dans l’éducation des enfants, les grands-pères devraient faire de même.
Les enfants qui grandissent dans des foyers multigénérationnels ont un meilleur taux de réussite au lycée et d’inscription à l’université et moins de problèmes émotionnels et comportementaux que ceux qui n’en ont pas. Après le divorce de ses parents, Barack Obama a passé plusieurs années chez ses grands-parents à Hawaii. Son éducation est un exemple frappant de l’excellent travail des grands-parents qui aident à élever un petits-enfants, surtout lorsque la situation des parents est compliquée.

Voir https://www.le-bottin.com/cat/bien-etre-et-sante pour en savoir plus !

Sergino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code