Très souvent, la demande de chirurgie esthétique trouve des raisons psychologiques évidentes et/ou inconscientes. Le lien entre la chirurgie esthétique et la psychologie, bien que mis en évidence dans la pratique clinique, s’explique facilement par la projection que l’esprit a sur l’ego.

L’art grec a déjà établi dans ses sculptures les canons de la beauté afin d’obtenir non seulement une harmonie des formes, mais aussi l’équilibre psychophysique.

Certains des canons grecs ont été modifiés au fil du temps par l’évolution des coutumes et de la société. Néanmoins, la relation entre ce que notre esprit élabore comme image de notre corps et notre façon d’entrer en relation avec le monde extérieur d’un point de vue à la fois social et interpersonnel reste valable.

C’est ainsi que le changement partiel de notre aspect extérieur obtenu après une chirurgie esthétique, est très souvent témoin d’un remaniement de son image intériorisée, mais en même temps projetée vers l’extérieur, et ce remaniement affecte parfois de manière substantielle le niveau psychologique.
D’où la valeur de ce type de chirurgie, tant pour l’individu qui en bénéficie que pour le sujet compris comme membre d’une communauté, qu’elle soit familiale, productive ou affective.

En réalité, tout le monde veut être plus beau parce que la beauté est souvent synonyme de succès et de gratification et qu’un aspect agréable et beau nous aide à avoir plus confiance en nous-mêmes et dans la relation avec les autres, avec le monde extérieur et pour cette raison nous sommes prêts à recourir à la chirurgie esthétique.
Bien sûr, les canons de la beauté peuvent changer au fil des années, sont souvent liés aux modes ou aux courants de pensée, mais le vrai concept de beauté peut s’exprimer à travers l’harmonie des formes et des proportions qui va bien au-delà du passage éphémère d’une mode ou d’une période mais reste comme une mesure de beauté objective.

Que se passe-t-il après une chirurgie esthétique ?
Très souvent, après une intervention esthétique qui a obtenu le résultat attendu par l’opérateur et accepté par le patient, on constate un changement positif dans les relations interpersonnelles du patient et dans sa productivité, à l’école comme au travail.
La correction des défauts de forme (dysmorphie) va au-delà de l’importante correction “externe” pour agir plus profondément sur la perception de l’ego corporel et transmettre cette nouvelle élaboration à l’extérieur sous la forme d’une plus grande estime de soi et d’une plus grande volonté d’interaction avec le monde environnant.

En effet, le bénéfice que le patient peut tirer de la chirurgie esthétique ne s’arrête souvent pas au seul aspect physique, aussi important soit-il, mais s’étend aussi à l’aspect psychologique, donnant plus de sécurité en soi et vers le monde extérieur et dans les relations avec les autres, autrement dit donnant plus de bonheur à son existence.
Se sentir plus belle correspond souvent à être VRAIMENT belle. Si nous nous sentons plus beaux, nous serons certainement plus beaux aux yeux des autres.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code