L’envie de devenir plus beau ou plus belle passe d’abord par les cosmétiques. Depuis l’antiquité les produits de beauté ont eu une place de choix dans la gestion au quotidien de son apparence. Les actes de chirurgie esthétique et de médecine esthétique sont eux plutôt neufs dans l’histoire humaine. En effet avant de parler de chirurgie esthétique en médecine nous parlions de chirurgie réparatrice. Retrouver un nez fonctionnel après un accident à mener par exemple à développer les connaissances en Rhinoplastie. Beaucoup de choses ont commencé par le visage. Des personnes avec un visage touché lors d’un accident ont eu besoin de retrouver des paupières. Ainsi est née la blépharoplastie. C’est aussi le cancer du sein qui a malgré lui poussé à l’amélioration des techniques d’augmentations mammaires. Le fait de retrouver une poitrine a eu des effets psychologiques tellement fort sur les femmes que le développement des techniques d’opération des seins à subi un développement fulgurant.

Beau à tout prix! Depuis les temps anciens la beauté à toujours été recherchée. Nous vous proposons dans cette description un voyage pour découvrir comment la chirurgie esthétique est née, il y a environ 3000 ans, où les premières expériences de liposuccion ont été réalisées.

La chirurgie plastique a des origines très lointaines: le plastique dérive du plastikos, un mot grec qui signifie modeler, donner forme. Mais la description de la première chirurgie plastique remonte aux papyrus égyptiens et aux textes sanscrits de l’Inde ancienne. Déjà le papyrus d’Edwin Smith, daté de 3000 avant JC contient la première description de la chirurgie d’un traumatisme facial, avec des fractures nasales et de la mâchoire. Pour la première reconstruction des nez, des oreilles et des lèvres, nous devons arriver aux textes hindous datés d’environ 400 avant JC >> Alors il était à la mode de couper le nez à l’ennemi et la demande était forte pour trouver des solutions.

Pas étonnant alors qu’un auteur hindou décrive d’abord dans son encyclopédie, la reconstruction de l’oreille avec la peau prélevée sur la joue et la reconstruction du nez encore dictée aujourd’hui par la “méthode indienne” ou “hindoue”: avec une incision sur trois côtés, un lambeau carré de peau a été pris sur la joue adjacente et retourné à la zone à reconstruire. Les médecins hindous sont également les premiers à avoir testé la transplantation de peau prélevée sur les fesses: technique antérieure à la première transplantation cutanée officielle décrite officiellement beaucoup plus tard !

En 1818, le chirurgien allemand Carl Von Graefe, alors considéré comme le meilleur chirurgien d’Europe et père de la chirurgie plastique moderne, publie Rhinoplastik: il évoque 55 opérations de rhinoplastie (avec la méthode indienne, italienne et la nouvelle méthode allemande, véritable greffe de la peau du bras), mais aussi des opérations de blépharoplastie (plastique de la paupière) assez pour être considéré comme le père de la chirurgie plastique moderne. Mais seul son successeur a rendu les techniques plus tolérables grâce à l’introduction de l’anesthésie et à la chirurgie du nez à deux temps pour améliorer son apparence.

Pour la reconstruction complète du nez il manquait la partie osseuse: la solution remonte à 1892 lorsque Robert Weir a utilisé le sternum de canard. Un comportement qui persiste sûrement encore et qui est l’un des problèmes les plus importants de la chirurgie plastique esthétique. En 1892, John Orlando Roe, un chirurgien à Rochester, New York, a publié une étude sur la rhinoplastie intranasale, c’est-à-dire comment refaire le nez sans laisser de cicatrices externes. Il n’élimina pas la bosse, mais corrigea le nez en forme de selle, la difformité qui affligeait les enfants de mères atteintes de syphilis, puis la pathologie vénérienne très commune, qui ne pouvait trouver de travail et de compagnon. Il était également responsable de la première opération esthétique de la rhinoplastie.

Les rides ont été aussi la source du développement de techniques moins invasives comme les injections de botox ou d’acide hyaluronique selon le cas de la patiente. Les injections d’eau de mer appelée mésothérapie ont eu un moment le vent en poupe mais cette technique s’essouffle face à des méthode beaucoup plus efficace. Le docteur Mercadier vous reçoit à Lausanne pour évaluer votre projet dans une réflexion commune.
L’histoire de la chirurgie esthétique a commencé en Inde vers 700 avant J.-C. pour effectuer des reconstructions ou des réparations partielles de parties du corps endommagées par les effets dévastateurs de la “mutilation judiciaire”, une pratique terrible à laquelle les condamnés devaient faire face.

À cette époque, les interventions se faisaient principalement sur le nez et les oreilles. La rhinoplastie a alors adopté des techniques basées sur les médecines naturelles et a été rapidement acquise et pratiquée par les Grecs et les Romains. Ces derniers, en particulier, sur les gladiateurs.

Mais avec la chute de l’Empire romain, il y a eu une période de suspension des pratiques chirurgicales jusqu’au XIe siècle, où l’intensification des relations entre l’Est et l’Ouest a contribué à obtenir les premiers résultats excellents également dans le domaine médical.

En ce sens, ce sont les Arabes qui ont introduit des techniques médicales à succès, précisément en Italie.

Puis, avec le Concile de Reims en 1131, l’interdiction officielle de la chirurgie esthétique a été soudainement sanctionnée, réitérée par le pape Innocent III avec l’édit de 1215. C’était une période sombre, durant laquelle la chirurgie esthétique était pratiquée par des barbiers et des chirurgiens improvisés qui opéraient clandestinement, s’appuyant sur leur propre expérience au lieu de véritables connaissances médicales et scientifiques.

La chirurgie de cette période était en fait ce que nous appelons aujourd’hui “plastique”, visant à traiter en priorité les déformations et les déficiences. Le tournant de la branche a pris forme dans l’Amérique du XXe siècle avec la figure de Charles Miller, considéré par beaucoup comme le père de la chirurgie esthétique.

Dans l’intervalle, cependant, de nombreuses améliorations ont été apportées, par exemple dans les pratiques d’anesthésie, les transfusions et le contrôle des infections, contribuant à une réduction drastique de la mortalité, en particulier en temps de guerre. Et c’est précisément à partir de l’expérience militaire que des leçons et des progrès utiles ont été réalisés.

Vers 1950, la chirurgie plastique a été reconnue comme une discipline médicale indépendante et la croissance dans les années d’après-guerre a été considérable. Dans le même temps, la conviction s’est imposée que l’aspect physique était d’une importance cruciale pour la réussite de la personne dans la vie moderne.

De nombreux chirurgiens ont alors commencé à s’intéresser, en particulier, à la question des petits seins. Ils ont expérimenté les premiers matériaux innovants pour l’augmentation mammaire additive, de l’alcool polyvinylique à l’implantation de prothèses en solution saline, avec des problèmes évidents liés à la consistance des seins et, surtout, à la difficulté de retirer ensuite les prothèses elles-mêmes.

Puis, enfin, le véritable miracle de l’industrie américaine avec l’utilisation du silicone, d’abord avec l’injection directe de la substance liquide mais entraînant malheureusement une augmentation de l’incidence du cancer et du cancer du sein, puis avec l’insertion d’implants mammaires en composite, de plus en plus performants.

En liposuccion la graisse est-elle définitvement éliminée ?

Non. La graisse et les roulements ne seront pas remodelés, tant qu’il n’y aura pas de gain de poids excessif. Dans ce cas, cependant, la “nouvelle” graisse sera principalement localisée dans d’autres parties du corps et seulement plus tard dans les zones précédemment affectées.

Peut-on modifier la forme d’un sein sans l’insertion de prothèses ?

Oui, c’est possible avec l’intervention de la mastopexie, un lifting mammaire dans lequel il est possible de donner au sein une forme conique et projetée. Habituellement, la mastopexie est réalisée après une perte de poids rapide et après une ou plusieurs grossesses, lorsque les tissus sont détendus, mais sans pour autant augmenter le volume.

La mastoplastie réductrice est-elle une technique plus complexe que la mastoplastie additive ?

Absolument : La réduction mammaire nécessite plusieurs incisions et dans certaines situations même très étendues. De plus, il peut y avoir de mauvais résultats. Pour cette raison, il faut souligner que la méthode de guérison est très importante : dans 70% des cas, une bonne cicatrisation se fait sur une base génétique, alors que pour 30% des interventions une mauvaise cicatrisation avec formation de chéloïdes dépend de la technique de suture adoptée. Très important après une opération de ce type, masser les plaies après les 20 premiers jours et utiliser des pansements en silicone pour les maintenir compressées.

Après une mastoplastie additive, la sensibilité du mamelon est-elle modifiée ?

Il est possible que la sensibilité des mamelons après la mastoplastie additive, pendant quelques mois après la mastoplastie, subisse un changement temporaire qui, avec le temps, régresse naturellement. Quand on pense à la fameuse perception du “corps étranger”, qui disparaît après une dizaine de jours de chirurgie.

C’est un sujet fondamental et très récurrent pour ceux qui se consacrent à la chirurgie bariatrique comme Obesity Free, car bien qu’il s’agisse loin d’une intervention à but purement esthétique, malheureusement, il existe chez beaucoup de gens l’idée fausse que quiconque cherche à subir une chirurgie gastrique ou toute autre intervention bariatrique cherche cette option à cause de sa vanité et que ce n’est vraiment ni ne devrait pas être.

Il y aura certainement toujours des patients qui chercheront à subir une chirurgie bariatrique dans le but d’améliorer leur apparence physique, mais la raison principale pour la plupart de nos patients est de trouver un mode de vie plus sain et une meilleure qualité de vie, ce qui sera pleinement réalisable grâce à la chirurgie du manchon gastrique ou d’autres interventions bariatriques approuvées comme l’anneau gastrique, le pontage gastrique, le changement duodénal, etc.

Les lignes directrices de la chirurgie bariatrique

Parfois, nous recevons des appels de personnes qui demandent des informations sur la chirurgie du manchon gastrique et lorsque nous discutons avec elles, nous découvrons que leur indice de masse corporelle ne les qualifie pas pour une telle intervention, c’est pourquoi il existe des directives internationales bien établies précisant qui est un candidat pour la chirurgie du manchon gastrique et qui ne l’est pas.

Le fait que le chirurgien bariatrique que vous contactez vous informe de ces directives dépendra de son éthique professionnelle et morale, mais nous pouvons vous dire ouvertement que si votre indice de masse corporelle est ” bas “, vous devriez chercher d’autres options de traitement de l’obésité pour vous aider à atteindre vos objectifs sans avoir à subir une intervention bariatrique, car même si elles sont excellentes et se sont avérées très efficaces, ces directives existent et tous les chirurgiens bariatres devraient suivre celles-ci.

Il est à noter qu’il existe des cas exceptionnels où un ou deux points d’IMC (Indice de Masse Corporelle) ne font pas d’eux de mauvais candidats pour cette chirurgie compte tenu des grands bénéfices que l’intervention leur apportera, s’ils ont certaines des maladies provoquées par l’obésité. Lorsque vous définissez si vous êtes un candidat ou non pour ces procédures, le bon sens doit exister chez votre chirurgien et chez vous en tant que patient.

Voir aussi : http://www.monbottin.fr/agence-web-en-suisse/

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code