avoir de beaux cheveux

J’ai fait la routine beauté de ma grand-mère pendant une semaine – et voici ce qui s’est passé.

Je n’oublierai jamais que ma grand-mère paternelle sentait le savon jaune Dial, ou qu’elle portait toujours (même jusqu’à ses 80 ans) un fard à paupières bleu vif pour faire ressortir ses yeux, et, peut-être le plus miraculeux de tous, qu’elle avait toujours une permanente parfaitement coiffée. Mais quand il s’agit de souvenirs de beauté de la mère de ma mère ? Je n’ai rien trouvé.

Je ne me souviens pas d’avoir vu ma grand-mère maternelle appliquer du rouge à lèvres rouge sur un meuble, ni d’avoir senti une bouffée de Chanel n° 5 après qu’elle m’ait serrée dans ses bras. Elle est décédée quand j’avais cinq ans – une époque où j’étais parfaitement satisfaite de courir partout avec des cheveux emmêlés – ce qui signifie que nous n’avons jamais eu l’occasion de revoir sa routine beauté. Elle ne m’a pas transmis ses secrets de beauté (comme la raison pour laquelle elle se mettait de la vaseline sur tout le visage avant de se coucher), mais j’ai la deuxième meilleure chose : son manuel de beauté des années 1950.

Avant de se marier, ma grand-mère s’est inscrite dans une école de cosmétologie en 1949. Par un coup de chance, ma mère est tombée sur ce livre et me l’a donné, pensant que je prendrais plaisir à le feuilleter étant donné ma carrière de rédactrice beauté.

La reliure du livre tombe en morceaux et les couvertures avant et arrière sont remplies de notes écrites en cursive par ses camarades de classe. C’était comme feuilleter l’annuaire de quelqu’un, et j’ai passé des heures à essayer de déchiffrer les inscriptions délavées avant même d’arriver à la table des matières. Toutes les quelques pages, je trouvais des choses comme ses notes sur le système musculaire, des croquis des os du visage, un corsage séché.

Comme ce manuel était, en quelque sorte, le seul conseil de beauté que je recevais de ma grand-mère, j’ai décidé de passer une semaine à lire le livre et à tester ses règles. Sans surprise, j’ai trouvé quelques éléments intéressants et d’autres absolument insensés en cours de route.

Leçon n°1 : Se brosser les cheveux

Apparemment, je l’ai mal fait toute ma vie ? Selon le livre, les poils extérieurs de la brosse doivent d’abord toucher le cuir chevelu, puis le reste des poils doit entrer en contact avec le cuir chevelu – en exerçant une pression – avant de passer la brosse dans les longueurs des cheveux. Vous êtes également censée brosser soigneusement vos cheveux avant tout shampooing pour “éliminer toute poussière et saleté superficielle et libérer le cuir chevelu des squames accumulées”. Dans ma vie normale, je ne ferais littéralement jamais cela. J’ai trouvé cela fastidieux et inutile, bien que le fait de se concentrer pour que les poils touchent mon cuir chevelu me fasse l’effet d’un mini-massage.

Leçon n° 2 : Le shampooing

Les qualités d’un bon shampooing ? “Un bon savon, une bonne eau et une bonne technique.” J’ai dû relire les pages sur ce qui constitue un “savon à shampoing” décent environ 17 fois, et j’en suis toujours ressortie confuse. La seule chose qui m’est restée, c’est qu’en 1950, le savon de shampoing à l’huile d’olive était considéré comme le meilleur pour les cheveux et la peau, et je n’ai pas pu trouver un seul passage sur l’importance du conditionnement et de la reconstruction de la tige du cheveu après un dommage. Ne pas utiliser d’après-shampooing ressemble à de la torture. Et, bien sûr, les sulfates n’étaient pas mentionnés du tout. J’ai abandonné et j’ai fait mes propres trucs.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code